Cascade de Ny

Un lagon inscrit au patrimoine UNESCO

Les tortues à grosse tête, ou tortues Caouanne, figurent parmi les quatre espèces de tortues marines que la Nouvelle-Calédonie abrite dans ses eaux1. Elles sont le plus souvent associées à Bourail où se situent leurs principaux sites de reproduction.

lagon tortue

Interroger le président de l'association Bwärä Tortues Marines2, Dominique Lafage, à propos des tortues à grosse tête présente un avantage et un inconvénient. L'avantage est que l'homme est un passionné, prolixe, qui a tôt fait de faire de vous un adepte de la cause. L'inconvénient est qu'il préférerait ne pas en parler ! Et on peut aisément le comprendre…

Une espèce décimée à plus de 90% !

On estime en effet que plus de 90% de l'effectif mondial de cette espèce a disparu ces 50 dernières années et la tortue à grosse tête est donc aujourd'hui classée comme espèce « menacée d'extinction » par l'UICN3. Pas question donc, à ses yeux, de voir des “hordes” de touristes envahir nuitamment la Roche Percée et la Baie des Tortues où une cinquantaine de femelles viennent chaque année nidifier entre novembre et avril.

lagon tortue 01

Des témoignages datant de la seconde guerre mondiale permettent de mesurer l'étendue du désastre. Il n'était pas rare alors d'observer certaines nuits plus d'une centaine de tortues venant pondre à la Roche Percée. Depuis les débuts de l'association de protection, en 2006, ce sont au grand maximum huit tortues qui sont venues pondre en une seule nuit.

La protection donne ses premiers fruits

Sans déborder d'optimisme, Dominique Lafage témoigne cependant des progrès enregistrés en une décennie : les fêtes sur les plages sont désormais prohibées tout comme la circulation de véhicules sur celle de la Roche Percée. Quant aux chiens errants ou sans laisse, prompts à dénicher les œufs, ils sont chassés ou leurs propriétaires informés.

Grâce à ces actions, portées par une quinzaine de volontaires qui effectuent des rondes nocturnes durant toute la période de reproduction, le nombre de pontes par femelle et par saison a augmenté, passant de deux à plus de cinq.

Une tortue sur mille parviendra à l'âge adulte

La situation demeure cependant trop fragile pour autoriser les touristes à assister sans précaution au “spectacle” de la ponte ou à celui, encore plus merveilleux de l'éclosion et de l'émergence des bébés tortues.

lagon tortue 03

Une sur mille seulement parviendra à l'âge adulte ! En sus de ses prédateurs naturels (dont les requins), la tortue devra échapper aux filets dérivants, aux “long lines”, aux sacs plastiques, qu'elle associe à des méduses, et aux filtres de cigarettes ! Carnivore, cette espèce se nourrit essentiellement de mollusques, poissons, échinodermes ou de crustacés. Or, elle semble confondre crevettes et mégots et ne parvient pas à digérer ceux-ci. Cette “pollution” est ainsi la cause de la mort de plusieurs d'entre elles ! Amis fumeurs, merci de veiller à ne pas jeter vos filtres sur la plage ou en mer…

On peut espérer que, dans un avenir plus ou moins lointain, un centre dédié à ces tortues verra le jour à Bourail et permettra aux touristes de tout horizon de se familiariser avec cet animal dont on peut, à juste titre, considérer qu'il est le premier résident du Caillou. Cette espèce est en effet apparue voilà quelque 200 millions d'années… D'ici là, à moins de vouloir participer aux rondes de protection, laissons ces tortues tranquilles et laissons leur une chance de repeupler les eaux du lagon.

1 il existe sept espèces recensées dans le monde. 2 en langue ajië, Bwärä signifie… tortue ! 3 UICN : Union Internationale pour la Conservation de la Nature - www.iucn.org/fr

Le saviez-vous ?

La Nouvelle-Calédonie, qui compte entre 200 et 300 femelles, est la 2ème zone de ponte du Pacifique Sud pour les “Grosses Têtes”. Ces tortues qui, à l'âge adulte, mesurent en moyenne 1m pour 150 kg, viennent très majoritairement pondre là où elles sont nées, après un très long périple.

Les bébés tortues doivent en effet rejoindre un courant dominant situé à environ 80 km des côtes. Une fois dans le courant, comme dans Nemo, elles parcourront plusieurs milliers de km jusqu'à Tahiti ou les côtes chiliennes. Elles ne reviendront en Nouvelle-Calédonie qu'une fois parvenues à l'âge adulte, vers 25 ans en moyenne.

lagon tortue 04

Elles partageront alors leur temps entre leur lieu de nourrissement (lequel peut être très éloigné) et leur lieu de ponte. À Bourail, chaque année, ce sont un peu plus de 25 000 œufs1 qui sont pondus.

25 d'entre eux deviendront des tortues adultes qui reviendront pondre… dans 25 ans environ ! Ce n'est donc que vers 2030 que l'association Bwärä Tortues Marines, créée en 2006, verra revenir les premières tortues à grosse tête dont son travail de protection aura favorisé la naissance.

1 soit 50 tortues x 4,5 nids par femme x 115 œufs en moyenne par nid.

primi sui motori con e-max

Les dessous du lagon

Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, le lagon bouraillais offre la possibilité de découvrir l'extraordinaire richesse de la faune et de la flore sous-marine. Jetez-vous là l'eau ; ça vaut le coup d'œil !

Que vous soyez amateur de plongées “bouteille” ou simplement désireux de chausser les palmes et de vous équiper d'un masque et d'un tuba (le fameux PMT !), les eaux de Bourail combleront vos attentes.

Les plongeurs “bouteille” privilégieront la faille ou la fausse passe de l'île verte où ils savent pouvoir croiser du “gros”. Et la récente ouverture d'un centre de plongée, le Bourail Aqua Diving, permettra sans doute de découvrir d'autres sites non encore explorés !

Regorgeant de “patates”, le lagon constitue également un magnifique terrain de jeu pour pratiquer le PMT, à quelques encâblures de la côte. Des taxi-boat vous permettent d'accéder à celles offrant la plus grande bio-diversité. Les perroquets, demoiselles, tortues, nudibranches, poissons-ange et autres poissons clown n'attendent que votre visite. Laquelle devra cependant respecter la principale règle d'usage : regarder, oui ! Toucher, non ! Une règle d'autant plus vraie pour les coraux dont la grande fragilité doit vous inviter à la plus grande précaution pour éviter de les détériorer…

Des plages magnifiques et variées

Le littoral de Bourail donne accès à une grande variété de plages toutes aussi différentes les unes que les autres :

  • La longue plage de La Roche Percée bercée par les vagues
  • La plage de la Baie des Tortues (attention la baignade y est interdite car trop dangereuse à cause des courants)
  • La petite plage secrète de la Baie des amoureux
  • La plage de la baie de Nessadiou
  • La longue plage de Poé avec son sable blanc qui s’étend sur une vingtaine de kilomètres
primi sui motori con e-max

C'est à Bourail, et plus précisément à la Roche Percée, que se situe le seul spot de surf de plage de Nouvelle-Calédonie. En hiver, plus de 150 surfeurs peuvent s'y donner rendez-vous lorsque les conditions s'y prêtent.

Plusieurs fois millénaires à Hawaï, le surf a été introduit sur le Caillou en 1942 par les G.I's américains et leurs homologues kiwis, fondateurs du fameux “Bourail Club”, bastion historique du tourisme bouraillais !

La plage de la Roche Percée bénéficie de conditions naturelles permettant aux vagues en provenance de l'Antarctique de conserver du tonus jusqu'à la plage. C'est tout à la fois la présence de deux rivières empêchant le développement du corail et la proximité du récif, à moins de deux kilomètres, qui assure sa renommée au site.

Lorsque les tempêtes font rage dans l'Antarctique, les surfeurs locaux guettent sur les sites spécialisés, comme windguru, l'arrivée des “belles hivernales”, celles qui font parfois ressembler La Roche Percée à une plage californienne où 100 à 150 surfeurs vont se disputer les plus belles vagues.

Des vagues pouvant atteindre 2,50 m !

Du côté de l'embouchure de la Nera, the « River Mouth » dans le langage des surfeurs, il est alors possible de “chevaucher” sur plus de 500 m des vagues pouvant atteindre près de 2,50 m dans le “curl” (le creux de la vague…).

Mais que les parents se rassurent ! Ces “monstres” sont rares et réservés à des surfeurs expérimentés. En toute saison, il est par contre possible de s'initier au surf dans des conditions plus clémentes1.

Amateurs de long-board, de mini malibu ou de short-board, à vos planches ! Et si le surf vous effraie quelque peu, vous pourrez toujours pratiquer le stand-up paddle que les surfeurs recommandent pour une première initiation au passage des vagues…

1 se renseigner auprès des clubs locaux : Big Banana Surf Club ou Gouaro Surf Club

primi sui motori con e-max